Qui dit course dit bénévoles et public !



Dans les épisodes précédents, j’ai parlé de sport, d’alimentation, des profondes réflexions dont on est capable une fois qu’on court, de certaines compétitions auxquelles j’ai participé ou non… Mais je n’ai pas encore parlé des autres acteurs sur les courses, j’ai nommé les bénévoles ou les supporters !

  

Tous les ans, des courses sont organisées par les clubs dans l’idée de 1/promouvoir le sport (triathlon, course à pied urbaine ou trail, …), 2/se faire connaître (je pense par exemple à Dijon triathlon et à l’AC Chenôve) et 3/vivre, puisque les subventions se font de plus en plus timides. Si j’étais tout à fait honnête, je mettrais d’ailleurs peut-être les 1, 2 et 3 dans l’autre sens. Enfin l’idée est là, vous m’avez comprise. 

Si un club de triathlon devait payer des prestataires pour aider à la sécurité sur le circuit de vélo, autant vous dire que le coût de l’inscription serait autrement plus important, ou alors le club se verrait obligé d’annuler la course, faute de moyens. Alors chaque année, les licenciés sont réquisitionnés pour aider. Dans le principe, je vous l’accorde, se lever le dimanche matin pour enfiler une chasuble fluo, tenir un sifflet dans la main droite et un panneau rouge / vert dans la gauche, surveiller et freiner la circulation pour éviter des carambolages et du mélange de chair humaine à de la fibre carbone pendant 5 heures, c’est sûr que ce n’est pas le rêve absolu. 

Adrinaline benevole et supporters course triathlon
Bénévoles et heureux sur le triathlon de Dijon !

Cependant, je dois dire que c’est malgré tout divertissant d’encourager tous les coureurs au fur et à mesure qu’ils défilent et finalement assez gratifiant de savoir que chacun d’entre eux nous accorde une confiance aveugle lorsqu’ils franchissent des ronds-points ou des intersections à allure plus ou moins vive selon les profils. 

Adrinaline triathlon benevole et supporter
Bénévole au triathlon de Dijon ? je m'engage !

Ajoutez à ceci la satisfaction d’aider votre club et je peux vous garantir que vous passerez finalement une bonne journée. 

 

A ce stade de mon post, je pense que vous êtes mûr à point et il me reste à vous suggérer de bloquer votre week-end du 1-2 juillet 2017 afin de devenir bénévole sur le triathlon de Dijon qui sera à cette occasion le support du championnat de France de triathlon Longue Distance.

 

Je referme la (page de publicité) parenthèse.


Un bénévole sur une course, c’est un peu comme le train pour partir en vacances : s’il est à l’heure, on ne s’en soucie pas, tandis que s’il a du retard, on tape un scandale : alors même si le bénévole passe une excellente journée et n’aurait pas pu rêver mieux pour son dimanche, soyez cool quand vous êtes coureur, ayez un petit geste pour lui : un merci si vous êtes encore lucide, une brève cassure de poignet depuis votre guidon si les cordes vocales ne suivent plus, ou encore un hochement de tête ou même un minuscule sourire si plus rien d’autre n’est envisageable. Tu parles d’une belle jambe, me direz-vous. Mais à titre complètement égoïste, moi, j’aime bien quand on me dit merci alors je m’efforce d’en faire autant !

La comparaison avec le train s’arrête là, n’allez donc pas rouler une pelle au conducteur s’il part à l’heure.

  

En bref, merci aux bénévoles !

Sur une course, l’autre famille à analyser, c’est le public !

 

Ne nous leurrons pas, nous ne sommes pas aux Jeux Olympiques, les gens qui viennent comme spectateurs connaissent donc à priori au moins un participant et ne sont pas là vraiment par hasard. Il n’empêche que c’est grâce à eux que l’ambiance générale est si spéciale sur les courses. Les encouragements, c’est un générateur d’endorphines, ça a quelque chose de magique qui compense largement l’absence des écouteurs dans les oreilles.

 

Des « Allez les filles ! », «Allez bravo », et des enfants qui tendent la main pour qu’on tape dedans à chaque carrefour ? C’est ça qui vous montre que vous n’êtes pas simplement en footing, en ballade ou en entraînement : vous êtes en course, et sans dire que ça vous porte littéralement, en tout cas ça vous galvanise ! 

Adrinaline benevole et supporters course triathlon
Emi et Clo sur le triathlon de Passy Mont Blanc

Adrinaline benevole et supporters course triathlon
Des fois que vous n'ayez pas suivi... Non je ne nage pas vite

Les premiers encouragements un peu « personnalisés » que l’on reçoit sont plutôt orientés par la couleur du dossard que l’on porte (Allez Dijon !, Bravo Chenôve ! dans mon cas) et font l’effet d’un coup de fouet (le gel, pas la torture), aidant à relancer ou à s’appliquer car il faut évidemment assumer les couleurs de son club jusqu’au bout. 

 

Depuis peu, je suis aussi l’heureuse destinataire d’encouragements qui me sont personnellement destinés et autant dire qu’ils ont un effet limite dopant et me font voler jusqu’à la ligne d’arrivée (enfin pas toujours mais ce n’est pas leur faute).


 

A quelques reprises, j’ai même eu la chance d’avoir des supportrices de choc ; au-delà des fesses de ma sœur Caro pendant le Mont Blanc Man (pour les voyeurs, c’est ici), j’ai pu voir des panneaux customisés de grande classe et de grande qualité ; une photo valant mieux qu’un long discours, je souhaite donc remercier en images Mélanie, Clotilde et Emilie !

Adrinaline benevole et supporters course triathlon
Mélanie la poête

En bref, vous l'aurez compris, sans bénévoles ni public, ce serait quand même drôlement moins intéressant, une course ! Merci à eux !

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    anne (samedi, 26 novembre 2016 14:04)

    et quand on court d'un endroit à l'autre pour voir repasser le coureur ou bicycletteur, on retrouve d'autres supporteurs qui se déplacent comme nous, au gré du circuit... et on finit par se reconnaître, papoter, échanger et c'est très sympa aussi !

  • #2

    helene (dimanche, 27 novembre 2016 08:07)

    Malgré ma faible expérience ( 2 course + 1 benevolat) je peux dire que c'est tellement vrai tout ça! J'ai également beaucoup apprécié les encouragements d'un autre coureur sur une course, alors qu'il était dans les premiers avec une tour d'avance et moi dans les derniers. Mais bon c'est quelque chose qui ne doit arriver que sur des petites courses !