Quelques informations sportives et protéinées piquées à mon nutritionniste



Le sport et l'alimentation, je vous en ai déjà parlé, c'est tout une histoire. Cette semaine, j'ai eu la chance de pouvoir assister à une conférence sur la nutrition et le sport organisée par le magasin Terre de Running Quetigny et animée par Jean Joyeux, spécialisé en micro-nutrition du sport.

Je voudrais revenir sur certains éléments qui m'ont particulièrement marquée (et sans répéter ce que j'ai déjà écrit dans le premier article sur le même thème) mais je vous rappelle que ce n'est pas ma spécialité et que si vous souhaitez en savoir plus, je vais vite coincer pour vous répondre.

La première chose qu'on doit accepter, c'est que le jour (ou la veille) d'une course, il est trop tard pour s'intéresser à ce qu'on met dans son assiette : vous aurez beau vous préparer le meilleur gâteau sport du marché ou ingurgiter tous les gels du monde, vous ne pourrez qu'être déçu par les résultats.

Adrinaline Alimentation les protéines
Gels, poudres, petit déj sportifs...

J'en suis l'illustration la plus convaincue puisqu'il me suffit de repenser à toutes les crampes que j'ai pu avoir sur le triathlon du Mont Blanc cet été alors que je m'étais pourtant disciplinée à manger un gel ou un morceau de barre toutes les 30 minutes : la semaine précédente passée au Sprite mojito n'était peut-être finalement pas une si bonne idée, après tout...


Ce qu'il faut comprendre, c'est que lorsque le corps est soumis à un effort (et ce à tout niveau, même si on parle d'endurance très, très, très soft), la capacité d'assimilation du système digestif est considérablement réduite : manger en faisant du sport ne doit donc pas avoir une vocation "calorique" mais plutôt "fonctionnelle", c'est à dire dans l'optique de simplement maintenir le fonctionnement de la digestion.

  

Si vous vous pointez sur une course sans préparation, vous ne pouvez pas espérer la performance du siècle : ce sont les efforts réalisés à l'entraînement qui paieront le jour J. 

Hé bien en ce qui concerne l'alimentation, c'est pareil : c'est l'attention qu'on porte à son assiette au quotidien qui permet d'être au top tout le temps et au summum le jour de la course !

 

Une alimentation raisonnée au quotidien va permettre d'enchaîner et d'encaisser les entraînements en répondant de la bonne manière aux micro-traumatismes générés. Au delà des glucides qu'on apporte sans doute en trop grande quantité, les lipides et les protéines sont à l'inverse complètement délaissés alors que primordiaux.

Adrinaline Alimentation les protéines

D'habitude je suis plutôt contre la souffrance des animaux 🐻🔪🆘 mais là c'est différent 😇

Une photo publiée par Adrinaline (@adri.naline) le

Teneur en protéine des nounours en guimauve ... ? on va fermer les yeux pour cette fois.

En ce qui concerne la partie lipides, j'ai déjà évoqué dans les grandes lignes les "efforts" réalisables pour apporter les bonnes graisses à l'organisme : voir mon article "après l'effort, ...".

 

Pour la partie protéines, le sujet est (là-aussi) très vaste. On en trouve sous forme animale, vous vous en seriez douté, mais aussi sous forme végétale ; sans être une anti-viande virulente, j'accepte volontiers de prendre du recul sur la richesse et la qualité des protéines selon leur origine et je considère donc que le méga steak saignant avec sa sauce au poivre, c'est de l'ordre de la gourmandise pure, pas de l'alimentation du sportif, tout comme les frites à côté.

 

Sans entrer dans un débat sans fin, vous admettrez qu'il est plus compliqué de savoir ce qu'a mangé une vache ou une poule que de se renseigner sur la filière bio qu'ont emprunté les petits pois que vous vous apprêtez à manger !

 

 



Si vous n'êtes pas convaincu par la partie traçabilité, j'ai d'autres arguments pour vous :

  • à apport en protéines égales, les légumineuses ne contiennent pas de graisses saturées
  • à l'inverse, elles sont riches en vitamines et minéraux !
  • enfin, passé la partie écologique, voyons l'aspect économique et soyons pragmatiques, même si vous les achetez bio, les lentilles corail vous coûteront moins cher que la viande !

Vous aussi, jusqu'à aujourd'hui, vous mangiez plus de viande que de pois chiches ? En gros, il va falloir changer ça et inverser la tendance !

Adrinaline Alimentation les protéines

C'est quoi, une légumineuse ? quinoa, pois (petits pois, pois chiches), fèves, haricots (blancs, rouges), lentilles, etc. Je vous l'accorde, pour les cuisiner, ce n'est pas aussi inspirant que la pomme de terre, mais je vais vous trouver des recettes que je vais tester avant ! 

Je pense notamment au houmous, au pâté végétal, etc.

 

Chez le sportif, les protéines sont particulièrement intéressantes le soir car elles apportent les éléments nécessaires à la synthèse de glycogène réalisée par l'organisme pendant la nuit.

 

L'intérêt de ces légumineuses, c'est qu'on peut les manger cuites et cuisinées avec d'autres ingrédients, cuites et mixées en soupe (mais entre les soupes et moi, c'est fini), ou encore germées en salade (et là elles seront encore plus riches en vitamines grâce à la germination) avec un bon assaisonnement et des amandes/noix pour accompagner le tout.

La première chose à faire pour les rendre plus digestes, c'est de les faire tremper une nuit dans de l'eau (qu'on ne conservera pas) pour déclencher la germination, puis de les faire cuire.

 

Voilà la pour la partie protéines (encore une fois, dans les TRÈS grandes lignes) ! Je vais tester quelques recettes que je ne manquerai pas de vous partager si elles me plaisent !

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Brahimi Kamel (jeudi, 08 décembre 2016 19:54)

    Oups ,sauf erreur de ma part le quinoa n'est pas une légumineuse mais une plante très proche de l'épinard. Ceux-ci dit ces valeurs nutritionnelles sont proches des légumineuses.

  • #2

    anne (vendredi, 09 décembre 2016 21:53)

    Pour l'avoir dégusté il n'y a pas si longtemps, je peux garantir que le pâté végétal est un régal en plus d'être bon pour nous !