Et les sports Co' et l'esprit d'équipe, dans tout ça ?

Vous pensez peut-être que le triathlon c’est bien gentil, mais c’est quand même très individualiste, comme sport. Détrompez-vous, ce n’est pas (entièrement) vrai !

 

Certes, la plupart des triathlons sont des courses individuelles dans lesquelles vous êtes même sanctionné si vous vous aidez des autres. Cela étant dit, figurez-vous que dans cette discipline, il existe tout plein d’options à pratiquer « par équipe », ce qui lui apporte une source de motivation supplémentaire aussi bien pour s’inscrire à une compétition, que pour se rentrer dedans le jour de la course.

Quand vous constituez une équipe pour une course, quelque soit l’objectif de performance ou de loisir, vous vous engagez à ne plus penser « moi », mais « nous ».

En amont, dans le cadre de l’éventuelle préparation, cela peut vous aider à vous extraire du canapé (sans doute bien mieux que les résolutions de rentrée / nouvelle année / pré-été / que sais-je), au nom de votre néo-équipe qui compte sur vous.

 

Le jour J, c’est la journée de l’équipe : que vous ayez une stratégie à respecter individuellement au nom d’une performance commune, que vous ayez décidé de vous faire le plus mal possible pour être au niveau des autres, ou que vous ayez simplement envie de partager votre passion avec un proche, c’est dans un contexte « nous » que vous allez nager et/ou pédaler et/ou courir, et vous allez alors constater que ça n’a plus rien à voir avec une course individuelle (que je ne renie pas pour autant, que les choses soient claires !).


Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Débriefing entre duchesses, Angers 2016. Crédit Photo : Mégane VsW

Et après la course ? C’est reparti pour un moment de partage : le débriefing ! Il est possible que vous n’ayez pas trop eu l’occasion de parler pendant la course (par exemple si c’est un relais ou si vous avez été proche du malaise du début à la fin !) : c’est donc le moment d’entendre la version de chacun, les anecdotes ou des pépins individuels, bref, chacun y va de son grain de sel et vous finissez par réaliser qu’il s’en est passé, des choses, pendant la journée ! 


J’ai eu le plaisir de pouvoir faire partie de plusieurs équipes depuis que j’ai commencé la compétition.

 

En triathlon sur le format Sprint CLM (contre la montre), avec les (vieux) fous Moktar & Toto ou avec les gazelles de Dijon.

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Le parcours vélo dont je ne souviens pas : je n'ai vu que le goudrons défiler pendant 20km

A chaque occasion, le mot d’ordre était « le goût du sang dans la bouche » : je dois dire que je n’ai pas eu le temps d’enfiler des masses de perles. L’idée étant de faire au mieux avec les qualités et les défauts de chacune et l’entraide étant autorisée, la stratégie pour les gazelles était simple : Caro donne le tempo, Julie me pousse en nat (ça m’a valu le surnom de truite un petit moment… Merci Julie !), on se relaie dans la mesure du possible et de notre souffle à vélo, puis je rends la pareille à Julie en course à pied ! Même si c’est épuisant pour celle qui pousse, c’est ultra efficace pour la personne poussée et cela fait gagner de précieuses secondes voire de précieuses places !

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Les gazelles sur le CLM Sprint de Vaulx en Velin 2014

Toujours en triathlon mais sur le format Sprint relais, ce fut avec mes chouettes collègues de travail en 2015. Comme eux avaient peur de se dissoudre dans le lac Kir, il a fallu que je nage (ha ha ha, le comble !). A chaque fois que cherchais à m’orienter avec les bouées et que je buvais une petite tasse de bouillasse algueuse, j’étais tentée de renoncer et de me faire ramener sur la berge en canoë. Mais je me rappelais juste à temps que mes 2 partenaires n’attendaient que moi pour, à leur tour, donner leur maximum.

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Les bonnes têtes de vainqueurs (que nous fûmes, en mixtes ET en scratch, au passage !) ou la satisfaction d'avoir tout donné ! Crédit photo : NikO PhoT

Alors je replongeais ma tête de plus belle dans l’eau opaque et, de peur de les décevoir, je reprenais l’effort jusqu’au bout, jusqu’au sprint pieds nus dans le parc à vélo pour laisser Seb prendre le relais à vélo ! 

La joie et la fierté de franchir la ligne d’arrivée main dans la main avec Bruno et Seb en ont largement valu l’effort !

 

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Championnat de France de Bike & Run 2015 : ça pique. Crédit photo : Chalon Triathlon

L’hiver, il existe une discipline très distrayante : le Bike & Run, ou comment parcourir environ 15 km à deux mais avec seulement un VTT.

Quand la règle interdit de poser le vélo au sol, imposant ainsi de rester en binôme du début à la fin, il est possible de se parler, de se booster mutuellement, d’adapter la stratégie de course au fur et à mesure qu’on se fatigue ou des pépins techniques. Ensemble, côte à côte pendant toute la course, on a un rôle de « public mobile » l’un envers l’autre ! Le cardio arrive à saturation et vous hésitez à repartir pour le dernier tour tellement les jambes vous piquent ? Il vous suffit d’évoquer l’idée à votre binôme pour que celui-ci vous encourage et que le moral remonte en flèche : ben oui, vous avez commencé à 2, alors vous finirez à deux !


La notion d’équipe perd son sens, en revanche, lorsque la règle autorise de poser le vélo au sol : la course devient alors « séparez-vous aussi vite que possible mais finissez ensemble ». Il devient tout de suite moins évident de s’encourager et de ressentir les bienfaits habituels d’une course en équipe. Malheureusement, c’est cette règle qui était appliquée lorsque j’ai fait équipe avec mon homme lors du championnat de France de B&R en 2015. Etant déjà hyper concentrée à retrouver Jolly Jumper parmi les nombreux VTT posés sur le bas-côté, à le ramasser en évitant de me prendre un coup de pédale dans le tibia, à pédaler dans la boue, puis à indiquer en hurlant à Steph que je passais lorsque je le doublais à vélo afin qu’il sache qu’il devrait guetter à son tour Jolly Jumper 100 ou 200 m plus loin, et ainsi de suite pendant 16 km, je dois admettre que le « plaisir d’être à deux » a été franchement réduit.

 

Dans un registre moins « compète » mais toujours dans un objectif de partage et de plaisir, j’ai eu l’immense honneur de participer l’été dernier au Ô combien illustre aquathlon de Passy avec une binôme de renom, j’ai nommé ma mère.

 

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Aquathlon de Passy

J’ai nagé (ha ha ha, le comble ! -bis) 1000 m pour ensuite la laisser partir à pied pour 5 km autour du lac.

Déjà d’une nature stressée quand elle est « simplement » du coté du public, et même si l’idée était seulement de partager ce moment ensemble, je crois qu’au départ de la course, elle était au moins aussi angoissée que quand on attendait les résultats de mes concours post prépa ! 

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Le soulagement à l'arrivée !

N’empêche qu’elle a parcouru les 5km aussi vite qu’elle pouvait autour du lac et dans la forêt et terminer la course toutes les deux a été pour nous un moment vraiment magique.

(Yeah, bravo mum ! On refait équipe cette saison ?!).

Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
Pauline et moi à l'arrivée ; le plaisir de retrouver une coéquipière ! Crédit photo : Mégane VsW

Maintenant, plus d’excuse : trouvez-vous un (ou deux) week-end(s) cet été, un, deux, trois ou quatre partenaires, et GO !

Inscrivez-vous sur une épreuve « collective » : je vous garantis qu’en septembre prochain, vous serez licenciés dans un club de tri ! 



Adrinaline triathlon compétition l'esprit d'equipe
crédit photo page d'accueil : M. Le photographe



Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Anne (mercredi, 05 avril 2017 14:21)

    C'est vrai que l'on imagine pas ce que c'est que de faire une course avec quelqu'un (ou quelqu'une !!) car on a tellement peur d'être nul (ou nulle en l'occurrence hihi)... mais quel bonheur .... et oui, suis prête à recommencer !!!

  • #2

    Anne (mercredi, 05 avril 2017 14:25)

    PS En revanche, l'eau opaque et algueuse du Lac Kir donne moyennement envie... faut vraiment avoir des équipiers qui comptent sur vous pour vous motiver !

  • #3

    Celine (jeudi, 06 avril 2017 21:38)

    Moi j'aimerais bien faire une course avec toi (bon 2018 maintenant) mais effectivement les courses a plusieurs c'est top et motivant et tellement de fierté à la fin que c'est à faire!