Quand Compétition rime avec Superstition


Un jour, vous vous inscrivez pour une course : un 10 km, un raid multi-sport, un triathlon, que sais-je encore. Ce dossard fraîchement acquis est synonyme d’objectif, quel qu’il soit : il peut s'agir d'un chrono, d'un pari, d'un challenge personnel pour pouvoir dire "oui, j'y suis arrivé(e) !", de simplement profiter de l’ambiance et des paysages ou, enfin, de prendre du plaisir. 

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
le flyer que vous avez pu recevoir à Beaune en novembre dernier

Toujours est-il que vous êtes humain et que vous allez vite vous en remettre à une puissance supérieure pour que l’objectif soit rempli :

 

Cela s’appelle un rituel !

 

Vous aviez la parole sur ce sondage pour confesser votre toc, ainsi qu’à l’arrivée de la course de la vente des vins de Beaune en novembre dernier.

Merci d’avoir participé ! 

 

Je vous dresse donc de ce pas le profil imaginaire d’un toqué parfois contradictoire (nous tous, donc !) qui prendrait le départ d’une course en suivant chacun des rituels recensés lors de ce micro-trottoir.


Pour commencer, le toqué est particulièrement organisé et prépare la course longtemps à l’avance : pour qu’elle se passe bien, il a prévu un entraînement en amont qu’il suit scrupuleusement.

 

La semaine qui précède, il adapte son régime alimentaire, l’enrichit en pâtes, riz, quinoa, l’agrémente de poulet ou cabillaud, et l’humecte de lait de soja (si vous trouvez une recette, je suis curieuse !) et attache une grande importance à la qualité de son sommeil.

 

L’avant-veille de la course, lors de l’ultime sortie, il faut que les sensations soient mauvaises pour garantir le succès proche selon la devise rassurante et maintes fois vérifiée « entraînement pourri, compèt réussie ! ».

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
une petite planification pour se rassurer / se préparer !

Là, le régime alimentaire scrupuleux passe au second plan et laisse place à des pizzas ou au besoin à un repas gras accompagné de chocolat noir, d’un whisky (voire 2, voire 3 selon les réponses) ou d’un grog de chartreuse, citron et miel : le toqué n’oublie pas la phase d’hydratation !

La veille ou le jour de sa course, le superstitieux prépare ses affaires selon un dress-code bien établi : il focalise avant tout sur le boxer, le slip ou la culotte qui doit être absolument identique aux épisodes précédents (ou à la rigueur strictement absent, mais ça, c’est pour Monsieur dossard 5238 à Beaune).

 

Les chaussettes, elles, seront soit neuves, soit assorties au short : à priori, elles sont visiblement porte-bonheur. Pendant que la montre GPS charge, les ongles sont peints selon une thématique précise liée à la compétition, à l’équipe, à la météo….

 

Quelle tenue porter ? C’est simple : toujours la même, ou à la rigueur toujours des couleurs accordées ! 

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
#raceready ou #racepack sur instagram : profils de eug0110, sportaucarre, readysetrun26.2, et page web run-and-write.com

Une fois l’assortiment sélectionné, il est de bon ton de l’étaler sur le lit avec tout les accessoires : dossard, éponge de poignet, tour de cou, casquette, gel coup de fouet (et j’en passe), et de prendre une photo qui sera évidemment diffusée sur la toile, accompagnée de hashtags (raceready, racepack, dossard, etc etc) ou commentaires sophistiqués.


Le jour J, qui démarre par un réveil musculaire, est primordial : le repas, pris 3 heures avant la course, est composé de Blédine, de jambon, d’un en-cas au fromage, de coca et/ou de café.

Vous noterez le "et/ou", faute de quoi votre estomac risque de vous faire regretter d’être superstitieux.

  

Un instant de calme avant la course est l’occasion d'écouter la play-list de musiques judicieusement sélectionnées et intégrant à coup-sûr « eye of the tiger », de s’allonger et respirer, de s’étirer, de se concentrer dans sa bulle, ou de penser à des phrases de films motivantes comme l’illustre « Rapide, je suis rapide » de Flash McQueen dans Cars. 

 

Cette phase d’auto-encouragement terminée, il faut passer à du plus concret : le toqué se strappe à l’élasto ou se masse les cuisses et les mollets à l’aide de baume du tigre ou d’huile à l’arnica, puis envisage un échauffement à base de pompes, de burpees ou d’un footing.

 

Alors que la course approche, si ce n’est pas déjà fait, il est temps pour lui de sélectionner parmi les multiples paires qu’il possède les chaussures ou les lunettes de soleil qui l’accompagneront pendant son périple ; quelque soit son choix, c’est la basket gauche qui sera enfilée la première !

 

A ce stade, me voici évidemment obligée de consacrer un paragraphe entier au rituel universel de la vidange technique par laquelle nous passons : impossible de le taire, il est le toc incontestable de tous et ne diffère qu’en son nombre de répétitions avant la course et en son intitulé. Pipi de la peur, pipi tactique, la dernière goutte stratégique, le pipi pour la combi : appelez-le comme vous voulez, toujours est-il qu’il vous fera oublier un instant votre pudeur légendaire.

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
Des bulles et des bosses qui illustre parfaitement le rituel !

Le toqué a beau être arrivé bien en avance pour pouvoir se préparer au calme, le coup de départ ne devrait plus tarder !

Il est désormais temps de se rapprocher du départ, une bouteille d’eau à la main : les chaussettes ont été remontées et tirées comme il se doit, les boosters tendus vers le bas, le serrage des lacets vérifié à 10 reprises (pas moins), les mains moites essuyées sur le short, et les parties génitales, le cas échéant, remises en place. Le caillou anti-point-de-côté est dans la main, l’en-cas d’avant course est ingurgité, qu’il s’agisse d’une pom’pote, d’un gel, de pain d’épices ou d’une pâte de fruit. Les 7 tapes sur les fesses des co-équipières et les 3 petits bonds ont été religieusement effectués. Le pied gauche attend le coup de pistolet patiemment devant le pied droit.

La check list est respectée : tout devrait bien se passer !

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
Terminer ensemble peut être un objectif également !

Vous avez dû vous reconnaître à au moins une reprise lors de ce portrait ;

 

 

Si ce n'est pas le cas, c'est que vous appartenez aux 2 autres catégories de personnes :

Adrinaline micro trottoir rituel toc sport compétition triathlon
Denise Leclerc sur les Foulées Beaunoises. Crédit photo : David Dumont Diesel

 

  • Celui qui fait de son refus de rituel... un rituel ! Dans ce cas, il met un point d’honneur à ne pas se préparer, à ne s’attacher à rien, à refuser de laisser la pression monter : il compte sur les autres pour les épingles, le ravitaillement, la chambre à air de rechange. Il part en retard, arrive le dernier sur la ligne de départ (figure de style puisqu’il se trouve alors beaucoup trop loin pour l’apercevoir !). Deux options s’offrent à lui : prier pour que tout se passe bien, ou alors penser, en serrant les fesses, « quand on est fort, on est fort » !
  • Celui ou celle qui, comme Denise, notre Star Chenevelière, après quelques années de compétition, a conclu (et sur ce, je vous laisse méditer) : "Mon secret, c'est de ne pas en avoir"

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Guillemette (vendredi, 12 janvier 2018 12:25)

    Eye of the Tiger ❤️❤️❤️